Que se passe-t-il au Jardin des Papillons lors de la fermeture annuelle ?

Publié en 2023

Tous les ans, le jardin des papillons ferme ses portes au public, durant la période hivernale. A cette saison, les conditions météorologiques ne sont pas idéales pour les papillons : peu de luminosité, temps grisonnant, températures basses, etc. Nous préférons donc fermer le lieu dès novembre et le réouvrir à l’arrivée des beaux jours. Vous vous demandez peut être ce qu’il se passe durant cette période ? Et bien, c’est ce que nous allons voir ensemble en vous proposant de visiter les coulisses du jardin avant sa réouverture, samedi 1er avril 2023. Suivez le guide.

Pourquoi le jardin ferme-t-il ses portes chaque année ?

Crédits photo – Jardin des Papillons

Comme nous l’avons évoqué un peu plus tôt, l’activité des papillons est liée à l’intensité lumineuse. L’hiver en Alsace, quand il fait gris et que la nuit tombe tôt, les papillons ne peuvent pas vivre correctement dans notre serre, à Hunawihr. En effet, la température de la serre descend aux alentours de 10°C et 15°C.
Or, pour évoluer dans de bonnes conditions, nos papillons exotiques ont besoin d’une température comprise entre 22 et 25°C. Chauffer la serre à cette saison pour maintenir cette température engendrerait des coûts bien trop élevés, sans parler de l’impact sur l’environnement.

Nous prenons donc la décision, chaque année, de mettre le jardin des papillons en hibernation dès novembre jusqu’à l’arrivée du printemps. Cette pause est également pour nous une occasion d’entreprendre des travaux de réparation et d’entretien (changement des chauffages, taille des plantes, peinture… ) que nous ne pouvons réaliser le reste de l’année, lorsque le lieu est ouvert au public.

Des papillons qui hibernent et une colonie de fourmis ingénieuse

Crédits photo – Jardin des Papillons

Avec la baisse des températures et le manque de lumière, les chrysalides restantes entrent en phase de diapause. La diapause est un mécanisme de survie courant dans la nature, permettant à certaines espèces animales de pouvoir survivre dans un environnement peu voire non-propice à leur cycle de vie. Grosso modo, leur métabolisme est extrêmement ralenti en attendant le retour des beaux jours, où elles pourront à nouveau se développer, et si tout va bien, atteindre le stade de papillon.

Depuis 2015, le jardin a également installé une fourmilière transparente pour observer une colonie de fourmis. Et ce n’est un secret pour personne : en groupe, les fourmis sont particulièrement intelligentes.

Petite anecdote. Après la fermeture du jardin, nous avons donné à nos fourmis champignonnistes quelques roses sur la plateforme où nous leur apportons du feuillage. Elles découpent des morceaux de feuilles pour cultiver le champignon dont elles se nourrissent. Cette plateforme est entourée à la fois par des “douves” remplies d’eau et par un rebord couvert d’huile de paraffine. Les pattes des fourmis sont incapables d’avoir une prise sur la surface huilée, elles sont donc « confinées » à l’intérieur. Cette sécurité est nécessaire puisque les fourmis sont toujours en quête de moyens d’étendre leur territoire. Pour être honnête, la dernière chose que nous souhaitons, c’est qu’elles se retrouvent en liberté dans la serre. Elles pourraient faire des confettis avec nos plantes ou pire, établir d’autres colonies…

Pour en revenir aux roses, il s’avère que l’une d’elles a touché la bordure huilée. En toute logique, ce n’est pas un problème car les fourmis ne peuvent pas marcher sur la bordure. Mais, c’est sans compter sur leur incroyable capacité à résoudre les problèmes auxquels elles font face, qu’elles ont découpé des morceaux de rose, et s’en sont servis comme un pont pour passer par-dessus l’huile. Elles ont même répété l’opération pour franchir les douves. Heureusement, nous les avons pris sur le fait juste avant que la grande évasion soit mise en route. Ouf.

Crédits photo – Jardin des Papillons

Pendant l’hiver, la température de la serre descend aux alentours de 10°C et 15°C. Ces températures sont trop basses pour assurer le bon fonctionnement de la colonie et l’activité des ouvrières. Par conséquent, nous refermons l’accès de la fourmilière au tuyau menant à la plateforme d’approvisionnement en feuillage.
Un chauffage situé sous le vivarium est alors mis en route pour garantir une température d’environ 20°C à la surface de la fourmilière. Une plaque d’isolant est également fixée de chaque côté pour conserver la chaleur.

Crédits photo – Jardin des Papillons

L’activité de la fourmilière ne s’arrête pas pour autant et nous continuons de leur apporter des plantes telles que le troène qui garde ses feuilles en hiver.

Des plantes relookées

Le Jardin des Papillons abrite sous sa serre et à l’extérieur une multitude de plantes et de fleurs.
Les plantes extérieures telles que les Cannas, Lantanas, Mandevilla et autres plantes pérennes qui ne supportent pas le froid, sont taillées et installées à l’intérieur de la serre, où la température est maintenue entre 10°C et 15°C pendant la période de fermeture. Pour les autres, et en particulier les géraniums, il y a eu quelques coupes au sécateur histoire de leur refaire une beauté, et s’assurer que le jardin soit à nouveau resplendissant lors de sa réouverture début avril.

Crédits photo – Jardin des Papillons

A l’intérieur de la serre, un figuier rampant se développe en abondance. Grâce aux conditions particulièrement favorables cette année à l’intérieur de la serre, ces figuiers ont grandi à vitesse grand V ! Ils ont non seulement envahi les murs mais aussi de grandes surfaces du filet qui couvre la serre.

Malheureusement, cette croissance génère deux problèmes :

  • les figuiers créent beaucoup d’ombre pour les plantes en dessous, ce qui gêne leur développement,
  • les tiges les plus larges risques d’endommager le filet en se développant à travers lui.

Nous n’avons pas vraiment le choix, il faut tailler et arracher tout ça. Une opération plutôt complexe due aux racines adventives qui agissent comme des crampons (similaire au lierre) pour se fixer fermement aux surfaces, ceci combiné à la forte croissance de cette année. A certains moments, nous devons jouer aux funambules (en étant sécurisé, bien entendu) pour pouvoir décrocher les pousses les plus coriaces.

Nous continuons de partager des moments de vie et des actualités sur le jardin sur nos réseaux sociaux. Vous pouvez suivre ces sujets sur notre page Facebook et sur notre compte Instagram, en attendant l’ouverture du Jardin des Papillons, samedi 1er avril 2023.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *